Chers abonnés, chers lecteurs,

Le numéro 146 du magazine Ateliers d’Art aurait dû être publié début avril. Ce numéro daté d’avril-mai, que nous avions préparé avec soin et engagement, était prêt à partir sous presse !

Avec la venue du printemps, ce numéro se consacrait à de nombreux salons et manifestations, notamment le Festival International du Film des Métiers d’Art qui devait se tenir à Montreuil, du 23 au 26 avril.
Fenêtre ouverte sur l’actualité du secteur, le numéro donnait également à voir les journées européennes des métiers d’art et les propositions foisonnantes de milliers d’ateliers de métiers d’art au travers des évènements organisés sur les territoires avec la venue des beaux jours.

La crise sanitaire liée au coronavirus déstabilise le monde entier.
Dans notre pays, tout s’est figé d’un coup, brutalement : expositions, salons et marchés annulés - galeries, musées, boutiques, ateliers fermés…
Nous découvrons autour de nous la vulnérabilité et aussi l’engagement quotidien qui traverse tout le pays. Des personnels soignants, en passant par les caissiers de nos supermarchés, les livreurs, les transporteurs routiers ou les éboueurs….
Et chacun se voit confronté à cette situation inédite de confinement et sans perspectives précises de reprise d’activité.

Dans ce contexte, nous avons décidé de reporter la sortie du numéro 146.
Notre préoccupation est de vous proposer un magazine et des contenus pleinement en lien avec l’actualité, et celle vécue par des milliers d’ateliers d’art.
Ainsi, le numéro 146 d’Ateliers d’Art paraitra au début du mois de juin.

Si vous êtes abonnés, ce décalage de parution ne modifie en rien le nombre de numéros prévus initialement dans votre abonnement. Vous recevrez les six numéros prévus pour votre abonnement d’un an, ou les douze numéros prévus pour votre abonnement de deux ans.

Nous préparons donc ce prochain numéro qui donnera à voir les métiers d’art dans cette situation inédite, situation que chacun de nous cherche à dépasser, parce que rendre vivable et vivant son quotidien est nécessaire.
Nous vous parlerons des combats menés par la communauté des métiers d’art qui prend la parole afin de veiller et protéger des dizaines de milliers d’ateliers d’art, rendus fragiles car mal identifiés socialement, sans branche professionnelle, et qui se trouvent dépourvus et en dehors des mesures de soutien prévues par les pouvoirs publics.
Nous donnerons aussi à voir notre communauté, qui loin d’être désespérée garde sa fantaisie et son regard éclairé sur le monde. Nous partagerons ainsi avec vous quelques souvenirs de confinements décalés, fantaisistes, incongrus, poétiques et créatifs !

Aude Tahon
Présidente d’Ateliers d’Art de France